Notre histoire

Le mouvement de RĂ©veil qui touche l’église de Denain au dĂ©but des annĂ©es 1950, va avoir des impacts considĂ©rables dans la rĂ©gion : son activitĂ© d’évangĂ©lisation

Une petite assemblĂ©e commence Ă  s’organiser et se rĂ©unit dans le Dancing : dès novembre, Louis Dorotte, fait office de pasteur-desservant. Les convertis de Cambrai se font baptiser Ă  Denain, l’église mère : des services de baptĂŞmes sont organisĂ©s chaque mois pendant plusieurs mois d’affilĂ©e et, au total, c’est une petite cinquantaine de personnes qui s’engagent entre octobre 1953 et dĂ©cembre 1954.
      En 1955, le besoin d’un local plus appropriĂ© Ă  la nouvelle Ă©glise se fait sentir : une "maison en ruine" en plein centre ville est achetĂ©e par l’église de Denain en Janvier. Après de nombreux travaux, beaucoup de courage et quelques difficultĂ©s financières, le nouveau local est inaugurĂ© le lundi de Pâques 1955 au 56, rue des Rotisseurs.
      L’évangĂ©lisation se poursuit : un grand effort pour toucher la ville de Solesmes est rĂ©alisĂ© avec la distribution de traitĂ©s, et la vente de journaux "Croire et Servir" . Il en rĂ©sultera la conversion de cinq ou six personnes ; puis, une rĂ©union hebdomadaire jusqu’en 1958. L’église de Denain prendra la suite.
      Après le dĂ©part du Pasteur Dorotte en 1957, c’est Georges GuĂ©guen (venu avec sa femme de Saint-Sauveur dans l’Oise) qui deviendra pasteur en titre de l’église : celle-ci devient alors autonome, et entre comme Ă©glise soeur au sein de la FĂ©dĂ©ration Baptiste. En 1958, elle compte 80 membres baptisĂ©s.

C’est une période d’affermissement de l’église, avec un travail qui s’étend en direction de l’église de Caudry. Régulièrement, de nouveaux arrivants accroissent l’effectif. C’est la phase de vie habituelle d’une église avec ses joies, son travail, son témoignage.
Le fils aĂ®nĂ© des GuĂ©guen s’était Ă©tonnĂ© au retour de son service militaire en Afrique, du peu d’intĂ©rĂŞt des dames de l’église pour la misère (dĂ©jĂ ) des populations rencontrĂ©es. Mme GuĂ©guen donnera une belle impulsion Ă  une oeuvre qui se poursuit toujours Ă  l’heure actuelle : la confection de colis expĂ©diĂ©s en terre de mission. Chaque semaine, mĂ©dicaments et vĂŞtements sont vĂ©rifiĂ©s et triĂ©s. Ainsi des milliers de personnes ont Ă©tĂ© secourues.


Difficultés.
Vers 1968, une saignĂ©e s’est opĂ©rĂ©e dans la communautĂ© par le dĂ©part de quelques familles ayant dĂ©cidĂ© de fonder une autre assemblĂ©e dans la ville. Dans les difficultĂ©s, chacun est appelĂ© Ă  regarder en avant, pour la Gloire de Dieu.
Mr et Mme Guéguen prennent une retraite bien méritée en 1970.
Bref intermède dans la succession des ministères : le stage pastoral d’un frère brĂ©silien, Osvaldo Fernandès, rejoint un peu plus tard par son Ă©pouse. Il sera victime d’un accident mortel, le 8 octobre 1972, au retour d’une rĂ©union tenue Ă  Roubaix.
L’époque est assez difficile pour plusieurs de nos Ă©glises dans cette rĂ©gion. Par la force des choses, l’église de Denain s’est trouvĂ©e devant des responsabilitĂ©s qu’il a fallu assumer "au pied levĂ©". Cela n’a pas Ă©tĂ© facile, ni spirituellement, ni physiquement. Le ministère revĂŞtit alors un caractère spĂ©cifique Ă  la situation. Trois jeunes, en fin d’études thĂ©ologiques issus tous trois de l’église de Denain, vont alternativement desservir les Ă©glises d’Anzin, Caudry, Cambrai et Denain : il s’agit d’Alain Roffidal, Patrick Feltyniak et Jacques Roffidal, bĂ©nĂ©ficiant du concours d’anciens de diffĂ©rentes Ă©glises de la rĂ©gion.
Des travaux importants sont effectuĂ©s dans les locaux de Cambrai, en particulier l’amĂ©nagement d’une salle de prière, effectuĂ© grâce Ă  l’aide d’amis de Denain.

Des travaux importants sont effectuĂ©s dans les locaux de Cambrai, en particulier l’amĂ©nagement d’une salle de prière, effectuĂ© grâce Ă  l’aide d’amis de Denain.

Nouveaux développements :

L’Eglise a retrouvĂ© sa stabilitĂ© quand en 1975, Jacques Roffidal, secondĂ© par son Ă©pouse, y commence son ministère pastoral qu’il exercera jusqu’en 1979. Son père Henri Roffidal, lui succĂ©de. Il avait supervisĂ© ces diverses Ă©tapes depuis 1970.
Au tout dĂ©but des annĂ©es 1980, un groupe Ă©vangĂ©lique charismatique, implantĂ© dans la ville vient se joindre Ă  l’Eglise. La joie est partagĂ©e par les uns et par les autres, la communion ne sera jamais dĂ©mentie depuis. Une extension et un regroupement s’opèrent par la suite et une excellente collaboration s’établit entre Daniel Babiak, leur responsable, et Henri Roffidal.
En outre, une famille de ce groupe issue de Roubaix, les Tran Dinh, ayant dĂ» s’installer Ă  Bohain, y fondent une oeuvre. L’Eglise qui en est issue a Ă©tĂ© admise au sein de notre fĂ©dĂ©ration lors du Congrès de ChambĂ©ry (1994). Ainsi ce qui n’a pu se concrĂ©tiser Ă  Solesmes, est devenu une rĂ©alitĂ© Ă  Bohain.
81, 82, 83,...Petit Ă  petit, l’Eglise se remplit par la grâce du Seigneur et en automne 1986, tout est prĂŞt pour une participation Ă  "Mission France". AndrĂ© Amsing supervise la campagne dans les villes et Eglises de la rĂ©gion, dont les membres travailleront dans une mĂŞme direction. A l’automne 1986, Billy Graham prĂŞchera Ă  Cambrai, via sattellite. Des auditoires de 800 Ă  1000 personnes entendront l’Evangile au "MarchĂ© Couvert" de la ville.

L’impact sera tel, que l’Eglise ressentira la nĂ©cessitĂ© d’un lieu plus vaste pour adorer Dieu. AidĂ©es par des personnalitĂ© de la ville, les recherches aboutissent Ă  l’achat d’un complexe important : plus de    8 000 m², des salles Ă  amĂ©nager, deux maisons, des parkings, un parc. Il y a de quoi prĂ©voir l’accueil de plusieurs centaines de personnes. Nous sommes en Juin 1987.
Tout ceci a Ă©tĂ© rendu possible par la vente rapide du temple, la caution de la FĂ©dĂ©ration de nos Eglises et l’amabilitĂ© de l’Eglise RĂ©formĂ©e qui a accueilli dans ses murs l’Eglise pendant les travaux d’amĂ©nagement.
Ceux-ci sont entrepris joyeusement dès 1987, Eric et Kristina Furbacken occupent et aménagent une des maisons. Parfois aidés par des frères venus de Suède, ils participent aux travaux.
Les plans de dĂ©veloppement progressif, Ă©tablis Ă  l’origine par JJ Segard, prĂ©voient trois Ă©tages : une première salle de 80 places environ (nous y aurons quand mĂŞme des baptèmes et des mariages), une seconde salle de 250 places et plus, et une troisième salle pouvant contenir 7 Ă  800 personnes.
Chacun a conscience que le Seigneur a pleinement utilisĂ© le Dr Billy Graham. L’Eglise a bĂ©nĂ©ficiĂ© Ă©galement des nombreux passages de Anita Pearce dès 1979.
L’Assemblée Générale de 1993 fait appel au concours d’une famille missionnaire néo-zelandaise. Greg et Joanne Forde qui rejoignent l’équipe pastorale en place.
Les activitĂ©s sont alors nombreuses. Le culte est bien suivi et les Ă©coles du dimanche bien frĂ©quentĂ©es. Les ados et les jeunes sont assidus Ă  leur groupes.
Les baptĂŞmes se prĂ©parent avec sĂ©rieux. Ils sont le fruit du travail des chrĂ©tiens qui ont particulièrement Ă  coeur l’évangĂ©lisation.

L’église compte sur la puissance du Saint Esprit pour une évangélisation intense dans la ville même de Cambrai. Tout semble préparer pour accueillir bien des âmes. Puissent-elles parvenir bientôt au salut en Jésus-Christ.
                                                            .........A Suivre.........